TOUTES NOS OFFRES Grille des salaires Trouvez votre RESO

Interview d'Alexandre .G, co-gérant d'une auberge de jeunesse nouvelle génération

par Camille.G dans  #Restauration  #Hôtellerie - 8 juin, 2022

Alexandre Giroux est le cogérant de l’établissement The People sur Tours. Cette auberge de jeunesse ouverte à tous, installée au cœur de la ville, dispose également d’un restaurant « l’Étape 84 ».
Interviewé par Lisa Michel, Chargée de Mise à Disposition sur RESO Val de Loire, Alexandre vous explique le concept de cette auberge nouvelle génération et vous parle de l’entrepreneuriat.

Parlez-nous un peu de votre établissement

Nous sommes un Hostel. Le « S » c'est pour le côté sociable du lieu. C'est un mix entre l'auberge de jeunesse et l'hôtellerie traditionnelle. On est à mi-chemin entre l'openspace, ouvert à tous, une auberge de jeunesse et un café-bar-restaurant. Et chez nous, c'est un lieu tourné sur le cyclisme.
On propose une vraie offre bar-restaurant, avec une cuisine faite maison et 90 % de nos clients de l’établissement, sur la partie restaurant, sont des clients extérieurs.
On est un vrai établissement de quartier, avec en plus des chambres au-dessus. 

Dans les chambres, on va retrouver différentes typologies. C'est très hybride, puisqu’on va avoir aussi bien des lits en dortoir à une vingtaine d'euros, comme on a l’habitude de connaître en auberge de jeunesse traditionnelle, mais aussi des chambres familiales, où on peut loger quatre personnes. On est vraiment un modèle hybride, en plein cœur de ville. 

Et si vous deviez le décrire en trois mots ?

En trois mots, je dirais convivial, ouvert à tous et accessible. 
Convivial, car l'idée, c'est de venir chercher un peu de vie et un peu de convivialité.
Ensuite ouvert à tous, parce qu'on n'est pas comme un hôtel traditionnel, c'est réellement ouvert à tout type de clientèle, à tous âges, et pas seulement aux clients de l’hostel pour le restaurant. 
Et « accessible » car on a réellement souhaité avoir une offre adaptée à tous les budgets

Et comment vous est venue l'envie d’ouvrir cet établissement ?

Avec ma compagne, nous avons beaucoup voyagé. On a fait des études à l’étranger, ce qui nous a permis de découvrir le modèle hôtelier et principalement le concept d’hostel, qui y est plus développé. 
À la base, venant de l’hôtellerie plein-air, du fait de ma famille, j’avais déjà cette appétence pour le secteur d’activité. Au début, je voulais démarrer un projet d’entrepreneuriat avec l’ouverture d’un hostel en Amérique du Sud. Finalement, j’ai réalisé que c’était dommage de ne pas apporter cet esprit-là en France.
On a voulu partager la façon dont nous, nous avions pu visiter les régions des autres et rapporter cette culture de l’hostel en France, qui reste l’un des pays les plus visités au monde. 
Aujourd’hui, c’est vrai que le concept existe en France, mais essentiellement sur Paris. C’est rarement le cas en province.

Et au niveau de l'entrepreneuriat, qu’est-ce que ça vous apporte au quotidien ?  

L'entrepreneuriat, c'est comme tout le monde le dit, il y a des hauts et des bas. Ce n’est pas simple, ça demande beaucoup de persévérance, ça, c'est une évidence. Après, ça permet aussi d'avoir de la flexibilité, d’être également le seul responsable. Et ça il faut bien l’intégrer, il n’y a personne pour servir de béquille. Si vous ne faites pas les choses, si c’est mal fait, on est le seul responsable. En revanche, quand c'est bien fait, c'est aussi grâce à nous. C'est assez gratifiant
Maintenant, il faut savoir garder la tête sur les épaules et essayer d’avoir toujours un coup d'avance. On ne peut jamais se reposer sur nos acquis. Surtout en hôtellerie restauration. Il faut toujours essayer de trouver du renouveau, regarder les tendances, les envies et besoins des clients et savoir se réinventer. 
L'entrepreneuriat, c'est une super expérience, il faut être prêt à le faire et il faut bien le gérer. Je pense que pour le coup, c'est bien de ne pas être seul, de bien s’entourer. C’est important d’écouter les histoires des autres, de s’inspirer aussi. 

Pourquoi vous avez décidé de faire appel à RESO ?

L'idée de faire appel à RESO, c'est de trouver de la flexibilité pour nous aider, notamment à trouver des compétences complémentaires lors de pics d’activité. L’avantage, c'est que RESO connait et comprend réellement nos problématiques, nos métiers.


Interviewé : Alexandre Giroux - The People Tours
Interview réalisée par : Lisa Michel - RESO Val de Loire

Dans la même thématique


#Restauration  #Hôtellerie 

Parcours d'Initiation Numérique pour le CHR

14 01, 2022

Besoin d'un accompagnement pour votre transition numérique ? Le GNI, Artiref, l’Association française des Maîtres Restaurateurs et l’Asforest ont pis en place un nouveau parcours d'initiation au numérique à destination des professionnels du CHR.

Lire la suite

#Restauration  #Hôtellerie 

Parcours d'Initiation Numérique pour le CHR

14 01, 2022

Besoin d'un accompagnement pour votre transition numérique ? Le GNI, Artiref, l’Association française des Maîtres Restaurateurs et l’Asforest ont pis en place un nouveau parcours d'initiation au numérique à destination des professionnels du CHR.

Lire la suite

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus, cliquez ici

X